Micro-Climat, 2012

Vues d’exposition des oeuvres « Cercles », « Points » et « Rideau » au Parc Culturel de Rentilly, Domaine de Rentilly, Bussy-Saint-Martin, France.

 

Pour le Parc Culturel de Rentilly, je propose un parcours autour de trois œuvres : Rideau, Points, Cercles. Ces installations disposées à différents endroits du parc sont conçues pour interagir aussi bien avec le paysage qu’avec les visiteurs du château. En prenant appui sur les caractéristiques du jardin, j’ai donc imaginé ces œuvres dans le but de perturber et de contrecarrer le principe du jardin à la française, d’en altérer la symétrie et de remettre en cause le triomphe de l’ordre sur le désordre. De plus ces trois installations se répondent et jouent ensemble pour composer un tout et modifier la perception et la déambulation des visiteurs dans le parc.

 


Cercles, 2012
Peinture blanche. Dimensions variables.

Cette installation prend appui sur l’oeuvre « Points ». Une série de circonvolutions est dessinée en blanc sur l’ensemble des pelouses du parc. Le point central de ces cercles est la série des trois vortex. Telle une onde de choc les arcs de cercle se répandent dans l’ensemble du jardin venant parasiter les lignes déjà existantes. Ces cercles viennent jouer avec le dessin originel du jardin, pour modifier perspectives et points de vue, tout en attirant les regards sur de nouveaux axes. Ces ondes de peintures blanches offrent également une nouvelle déambulation aux visiteurs.

 


Points, 2012
Moteurs, hélices. Dimensions variables.

Cette installation se compose de trois points disséminés dans le premier bassin, le plus proche du château. Par un système de turbine, trois vortex se forment à la surface de l’eau donnant l’impression qu’il s’agit de trois siphons. À la fois discrète, cette œuvre n’en reste pas moins drôle et tourne en dérision l’organisation très précise et rigide du jardin à la française. En effet, ces trois vortex créés des ondes allant à l’encontre des tracés rectilignes du parc.

 


Rideau, 2012
Tissu plissé, système mécanique. 2400 X 370 cm.

Cette installation transforme le parc en scène de théâtre. Un rideau géant bloque par intermittence la vue principale de la perspective depuis le château, parasitant ainsi le point de vue et transformant le regard du promeneur en événement. L’intérêt du spectateur est mis à l’épreuve par cette installation car ce qui est souligné n’est rien de plus que ce qui est là en permanence.